Champion de la communauté : Bitey

“Champion de la communauté” est une rubrique qui met en avant les champions de la création et du partage de contenu lié à Paladins ! Vous aimeriez que nous parlions d’un créateur en particulier dans cette rubrique ? Contactez-nous à l’adresse nbashore@hirezstudios.com !

Vous connaissez peut-être déjà le champion de la communauté du jour… Il s’agit de Bitey, joueur compétitif et streamer de Paladins sur Twitch ! Ce membre de SK Gaming joue et stream sur Paladins depuis toujours. Sur sa chaîne Twitch, il diffuse souvent les fameuses sessions “Borker’s Gym”, où tous viennent écouter les enseignements du “coach”, mais aussi assister à ses imitations de champions (dont le répertoire est varié : elles peuvent aller de Strix à Tyra) !


Quand as-tu découvert Paladins ?

J’ai beaucoup joué à Dirty Bomb, pendant un an à peu près, mais le jeu était en déclin. Un jour, le chat a évoqué un autre jeu : Paladins. On m’a donné une clé pour y avoir accès, et j’ai eu le coup de foudre. Au départ, j’étais dans une équipe qui s’appelait Bully : elle était formée d’amis qui venaient eux aussi de Dirty Bomb. On jouait sans arrêt, c’était bien fun ! Tout ça, c’était il y a bien deux ans et demi. Au moment de la version CB7 !

Évidemment, pour jouer de manière compétitive il faut connaître tous les champions, mais est-ce que tu avais des préférences au départ ?

Mon premier amour a été Buck ! Grohk me plaisait beaucoup aussi, mais c’était Buck qui l’emportait. En fait, il a carrément inspiré le nom de cette première équipe : Bully, qui veut dire “petite brute”. Parce qu’à l’époque Buck s’imposait surtout par sa taille. Il avait pas mal de styles de jeu différents, et c’était une réelle menace. En plus, il jouait partiellement un rôle de Tank – peu de gens le savent ! C’était un gros bonhomme qui avait pas loin de 3800 PV et qui sautait partout. Je l’adorais, vraiment !

Dans n’importe quel jeu, il y a des étapes à passer pendant la phase d’apprentissage, et c’est particulièrement vrai dans le milieu compétitif. Quels sont les défis que tu as dû relever quand tu t’es mis à Paladins ?

J’ai commencé à jouer de manière compétitive quand j’avais 19 ans. Les dix années passées sur ce type de jeux m’ont appris ceci : tout ne dépend pas du temps passé à jouer. C’est ce que beaucoup disent, pourtant ça va plus loin ! On n’excelle pas simplement en jouant. En l’occurrence, quand j’ai commencé Paladins j’avais 25 ou 26 ans, donc j’avais déjà beaucoup d’expérience dans le domaine. Je savais ce qu’il fallait faire pour apprendre un nouveau jeu. Tout est question de spécialisation, en fait. Où se situe l’extrême limite d’un champion ? Jusqu’où peut-on le pousser ? Et puis il faut tirer les enseignements de ses erreurs. Voilà ma vision des choses. On fait des erreurs, puis on apprend à ne plus les reproduire. C’est ça, le véritable entraînement. Il faut connaître ses limites pour mieux les dépasser.

On sait déjà que tu étais sur Paladins dès le début, mais quand as-tu commencé à y créer du contenu ?

Très rapidement, je crois. J’étais streamer depuis déjà bien longtemps avec de me mettre à Paladins. Mon fonctionnement, c’est de streamer mon jeu du moment. Les fans restent ou bien s’en vont, et une nouvelle communauté se crée d’elle-même. Ce qui s’est passé avec Paladins, c’est que je me suis vraiment fait un nom et une image. Je suis “le coach”, et le proprio de Borker’s Gym. Ici, il y a des chiens partout, mais on vient pour travailler. Vous pouvez les caresser, même s’ils sont là pour vous protéger. Ce qui est marrant, c’est que tout ça a débuté l’année dernière au moment où Gabe the Dog est mort. C’est là que la chaîne a vraiment décollé. Du coup ça fait deux ans que je streame sans interruption.

J’avais hâte de te demander ça : quelle est l’histoire du Borker’s Gym ?

Tout part des vidéos de ce chien, Gabe the Dog, qu’on qualifiait de “borker” (corruption de l’anglais “barker”, littéralement “aboyeur”). C’était une petite boule de poils blanche. Ces vidéos sont en fait des versions “aboiement” de morceaux de musique. J’adorais ce chien et ces vidéos ! Et pour ce qui est de mon surnom de “coach”, c’est parce que j’aime enseigner des choses à d’autres. Tout ce qui a trait au Borker’s a réellement décollé en même temps que le meme de Gabe. Quand il est mort, j’ai ajouté sa photo à mon overlay, et je suis même allé jusqu’à demander à son propriétaire si je pouvais en faire une émote. Car oui, il se trouve que quelqu’un dans le chat m’a mis en relation avec lui. Après l’émote, je me suis dit que l’idée d’afficher des chiens partout sur le stream me plaisait bien. Alors voilà, j’ai ajouté cette petite boule de poils dans un coin de l’écran, et c’est parti de là !

Quand tu t’es mis à Paladins, quel accueil t’a réservé la communauté ?

Tout s’est fait très naturellement ! Je ne pense pas être un streamer classique. Je le fais parce que j’en ai envie, et si ça plaît à certains, tant mieux. Sinon, tant pis. Au fur et à mesure que le jeu prend de l’ampleur, moi aussi. Je travaillais à plein temps quand j’étais joueur pro et streamer. Mais ces deux dernières années, j’ai pu me concentrer sur ce qui me plaît vraiment. J’ai trouvé ma niche, en somme !

Qu’as-tu appris qui pourrait servir à d’autres créateurs de contenu ?

Discuter avec le chat implique de voir revenir les mêmes questions. C’est le dilemme du streamer. Tu réponds à une question de la manière la plus complète qui soit. Et à peine 10 minutes plus tard, on te repose précisément la même question. Tu as envie de dire : “Je viens juste de répondre à ça, et il faut que je le refasse !” Mais ce n’est la faute de personne, car celui qui pose une nouvelle fois la question n’était pas sur le stream au moment où tu as répondu. Ça fait tellement longtemps que je streame que j’ai simplement accepté cet état de fait. Il ne faut pas en être frustré. Tu peux préparer une réponse automatique. Tu peux répondre hyper vite. À toi de voir. En ce qui me concerne, je fais un développement complet une fois par jour, et le reste du temps je me répète une bonne dizaine de fois. C’est plutôt drôle, finalement, et tout streamer devrait y être préparé !

Quel type de contenu préfères-tu produire ou diffuser ?

Je crois que je commence à être connu pour incarner physiquement des champions de Paladins pendant que je joue. Je fais ça avec Zhin, Strix, un peu avec Tyra et même avec le Sergent John Buck. C’est probablement ce qui me fait le plus rire ! Le reste de mon contenu est principalement basé sur l’exagération et la mauvaise foi, c’est ce qui le rend drôle. Tout se passe dans l’instant. Parfois, je suis tellement à fond dans la partie que je crie pendant des minutes entières. Je suis du genre spontané, et ça passe bien en stream.

Tu veux passer une dédicace ?

Oui, évidemment à toute mon équipe de SK Gaming. Leurs efforts nous ont permis d’atteindre notre niveau actuel. Stolzey et KamiVS m’ont beaucoup inspiré. Et pour ce qui est des spectateurs… il y en aurait tellement ! Il y en a, comme Xovhan, qui m’ont écrit des chansons. Il a carrément créé des morceaux formés des répliques de mon stream ! C’est ce genre de choses que j’inspire parfois à d’autres, et c’est incroyable. Ceux qui ont des problèmes peuvent venir m’en parler. Je veux que chacun atteigne son maximum. Je suis prêt à apprendre n’importe quoi à n’importe qui.

Comment faire si on veut apprendre des choses avec toi ou rejoindre ta communauté ?

Dès que je streame, c’est l’heure de l’entraînement. De temps en temps, je lance une partie avec des abonnés. Et je réponds aux questions des spectateurs en permanence. Je raconte toujours ce qui me passe par la tête, et je fais des trucs marrants !

Est-ce que tu as des projets d’envergure qui pourraient intéresser ta communauté et les fans de Paladins ?

J’ai vraiment hâte d’être à la HRX 2018 ! J’y serai durant tout l’événement.


Les paramètres de Bitey :

  • Sensibilité de la souris : 6
  • DPI de la souris : 400
  • Champ de vision : 96

Suivez Bitey sur :